Les changements climatiques sont aujourd’hui une réalité. Leurs manifestations se font de plus en plus visibles. Depuis des décennies nous assistons à des phénomènes tels que la hausse des températures, les précipitations accrues, l’accroissement des sécheresses et des inondations, la baisse des rendements agricoles, les saisons de végétation brèves et les modifications du régime des précipitations qui rendent difficile l’accès à l’eau.

Ces phénomènes ne sont pas si « naturels » que cela. Ils portent l’empreinte de la main des hommes. Les pays industrialisés, en particulier, ont une très grande responsabilité dans les changements climatiques.

Le continent Africain est la principale victime des changements climatiques. Bien qu’il ne contribue que marginalement aux émissions de CO2, les risques qu’il encourt sont importants. La viabilité de son agriculture est menacée à un moment où une crise alimentaire peut survenir à tout moment en cas de baisse des rendements agricoles. Or, les crises alimentaires entraînent des déplacements de populations et des conflits que la plupart des africains peuvent difficilement surmonter tous seuls eu égard à la faiblesse de leur revenu par habitant.

La Fondation Rosa Luxemburg soutient des initiatives au Nigéria et au Sénégal dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

 Contact Ibrahima Thiam: Ibrahima.Thiam@rosalux.org